La réduction des risques infectieux chez les usagers de drogues est un objectif de santé publique compte tenu de la prévalence élevée du VIH et du VHC constatée dans ces populations.

Dès les années 1985-90, les nombreuses actions engagées par des associations et des professionnels de santé dans plusieurs pays dont la France ont abouti progressivement à des politiques publiques de réduction des risques. Elles ont permis le développement de dispositifs tels que les programmes d’échanges de seringues et les traitements de substitution aux opiacés.

Un des enjeux de la réduction des risques est de s’adapter aux évolutions des pratiques et contextes de consommation de drogues ainsi qu’aux profils de consommateurs.

À la demande du ministère de la Santé et des Sports, l’Inserm a coordonné une expertise collective pluridisciplinaire qui propose un bilan des connaissances sur l’évolution des usages de drogues et les dommages associés, sur les programmes de réduction des risques infectieux et leur impact à partir des données internationales. Une attention particulière a été portée à la situation des femmes et des détenus.

Dans cette expertise

Rapport complet, 573 p. :

[Parcourir]
[Accéder par chapitre Ecouter]
[Télécharger le PDF]
[Citer ce document]

Synthèse et recommandations, 91 p. :

[Télécharger le PDF]
[Citer ce document]

Groupe d'experts et auteurs

  • Pierre-Yves BELLO, Cellule de l’InVS en région (CIRE) d’Île-de-France, Institut national de veille sanitaire (InVS), Agence régionale de santé d’Île-de-France, Paris
  • Christian BEN LAKHDAR, Université Catholique de Lille (FLSEG) et LEM, UMR 8179 CNRS, Lille
  • Maria Patrizia CARRIERI, Sciences économiques et sociales, système et santé, sociétés, Inserm U 912, Observatoire régional de la santé Paca, Marseille
  • Jean-Michel COSTES, Observatoire français des drogues et de la toxicomanie (OFDT), Saint-Denis
  • Patrice COUZIGOU, Service d’hépatogastroentérologie, Hôpital Haut-Lévèque, Pessac
  • Françoise DUBOIS-ARBER, Institut universitaire de médecine sociale et préventive, Université de Lausanne
  • Anne GUICHARD, Direction des affaires scientifiques, Institut national de prévention et éducation pour la santé (INPES)
  • Marie JAUFFRET-ROUSTIDE, Département des maladies infectieuses, Institut national de veille sanitaire (InVS), Saint-Maurice et Cermes3 - Equipe Cesames, Inserm U 988, CNRS UMR 8211, Université Paris Descartes, EHESS, Paris
  • Gwenola LE NAOUR, Laboratoire Triangle UMR 5206, Institut d’Études Politiques de Lyon, Université de Lyon
  • Damien LUCIDARME, Département de pathologie digestive, Groupe hospitalier de l’Institut catholique de Lille
  • Laurent MICHEL, Santé mentale de l’adolescent, Inserm U 669, Maison de Solenn, Paris ; Centre de traitement des addictions, Hôpital Émile Roux, Limeil-Brevannes
  • Pierre POLOMENI, Service d’addictologie, Hôpital Jean Verdier, Bondy
  • André-Jean REMY, Service d’hépato-gastroentérologie digestive, Coordonnateur UCSA, Centre hospitalier de Perpignan
  • Laurence SIMMAT-DURAND, Université Paris Descartes, Cermes3 Equipe Cesames, Inserm U 988, CNRS UMR 8211, Paris
Personnes auditionnées
  • Henri BERGERON, Centre de sociologie des organisations, Institut de Sciences politiques, CNRS, Paris
  • Anne COPPEL, Présidente d’honneur de l’Association française pour la réduction des risques (AFR), Paris VII
  • Yves EDEL, Ecimud, Unité d’addictologie hospitalière, Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris
  • Françoise GUYOT, Vice-Procureure, Chargée de mission au cabinet du Procureur de Paris
  • Nicole MAESTRACCI, Présidente de la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale, Cour d’appel de Paris, Présidente de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie de 1998 à 2002, Paris
  • Daniel SANSFAÇON, Directeur de Politique, recherche et évaluation, Centre National de prévention du crime, Canada
  • Frank ZOBEL, Rédacteur scientifique et analyste des politiques drogue, Observatoire Européen des Drogues et des Toxicomanies (OEDT), Lisbonne
Coordination scientifique, éditoriale, bibliographique et logistique
  • Elisabeth ALIMI, chargée d’expertise, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris
  • Fabienne BONNIN, attachée scientifique, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris
  • Catherine CHENU, attachée scientifique, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris
  • Jeanne ÉTIEMBLE, directrice, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris
  • Cécile GOMIS, secrétaire, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris
  • Anne-Laure PELLIER, attachée scientifique, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris Chantal RONDET-GRELLIER, documentaliste, Centre d’expertise collective de l’Inserm, Faculté de médecine Xavier-Bichat, Paris
Iconographie
  • Jean-Pierre LAIGNEAU, Inserm