Avec plus d’un enfant de 5 ans sur dix concerné en France, les déficits visuels constituent une pathologie courante de la période infantojuvénile. En l’absence de prise en charge, ces troubles peuvent être largement préjudiciables au développement psychologique, cognitif, moteur et social de l’enfant. Pourtant, ils sont tous accessibles à un dépistage et la plupart d’entre eux à un traitement.

Les données accumulées ces dernières années militent en faveur d’une intervention diagnostique et thérapeutique la plus précoce possible, dès les deux premières années de vie. Elles permettent également de discuter la pertinence d’un dépistage de masse des troubles visuels qui, s’ils sont les plus fréquents (hypermétropie, myopie, astigmatisme et strabisme), sont aussi les plus difficiles à mettre en évidence.

Réalisée par l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) à la demande de la MGEN (Mutuelle générale de l’Education nationale), cette expertise collective présente un bilan des connaissances sur les modalités de dépistage et de prise en charge précoces des différents types de déficits visuels rencontrés chez l’enfant. Elle constitue une source d’informations de qualité pour les professions médicales et paramédicales en charge de la santé des enfants (médecins, généralistes, pédiatres, ophtalmologistes, orthoptistes…) et une base de réflexion pour les acteurs en Santé publique confrontés au choix de l’orientation de la politique de prévention sanitaire chez l’enfant.

Dans cette expertise

Rapport complet, 398 p. :

[Accéder par chapitre Ecouter]
[Télécharger le PDF]
[Citer ce document]

Synthèse et recommandations, 49 p. :

[Télécharger le PDF]
[Citer ce document]

Groupe d'experts et auteurs

Groupe d’experts et auteurs
  • Catherine ARNAUD, épidémiologie des maladies chroniques et handicaps, Inserm U 518, faculté de médecine Purpan, Toulouse
  • Joseph BURSZTYN, ophtalmologie pédiatrique, hôpital Saint-Vincent-de-Paul, Paris
  • Jacques CHARLIER, département recherche et développement, Métrovision, Pérenchies
  • Sabine DEFOORT-DHELLEMMES, ophtalmologie, service d’explorations fonctionnelles de la vision, hôpital Roger-Salengro, Lille
  • Josseline KAPLAN, handicaps génétiques de l’enfant, Inserm U 393, hôpital Necker-Enfants-Malades, Paris
  • Jean-François LE GARGASSON, plasticité cérébrale et adaptation des fonctions visuelles et motrices, Inserm U 483, université Paris 7
  • William LENNE, consultant, Marseille
  • Pierre LÉVY, économie de la santé, laboratoire d’économie et de gestion des organisations de santé, université Paris-IX Dauphine
  • Béatrice PELOSSE, ophtalmologie pédiatrique, hôpital Armand-Trousseau, Paris
  • Serge PORTALIER, psychologie cognitive, directeur du laboratoire Développement et Handicap, université Lumière Lyon 2, Bron
  • Claude SPEEG-SCHATZ, ophtalmologie, hôpitaux universitaires de Strasbourg
  • François VITAL-DURAND, fonctions visuelles chez l’homme, Inserm U 371, Bron
Ont présenté une communication
  • Chantal CHIREZ, orthoptiste, comité de dépistage de l’amblyopie du Douaisis, Somain
  • Claude DARRAS, opticien, Garches
  • Chantal DAUXERRE, orthoptiste, laboratoire de neuropsychologie des fonctions visuelles, École pratique des hautes études, Paris
  • Patrick JANAS, directeur de la publication du mensuel Bien Vu, Nice
  • Pierre-Marie MASSY, médecin conseiller technique de l’inspecteur d’académie de l’Oise, Beauvais
  • Martine MEYER, ophtalmologue, Centre de rééducation pour personnes malvoyantes, Paris
  • Marie-Dominique TABONE, Centre de bilans de santé de l’enfant de la Caisse primaire d’assurance maladie de Paris
  • Martine VACARIE, Bureau « Maladies chroniques, enfant et vieillissement », Direction générale de la Santé, Paris
Coordination scientifique et éditoriale
  • Catherine CHENU, attaché scientifique, Centre d’expertise collective
  • Emmanuelle CHOLLET-PRZEDNOWED, attaché scientifique, Centre d’expertise collective
  • Jeanne ÉTIEMBLE, directeur du Centre d’expertise collective de l’Inserm
  • Michel GARBARZ, chargé d’expertise, Centre d’expertise collective
Assistance bibliographique
  • Chantal RONDET-GRELLIER, Centre d’expertise collective