Maladie osseuse la plus répandue dans le monde, l'ostéoporose est une des principales pathologies liées au vieillissement, concernant plus particulièrement la femme dès la ménopause. Caractérisée par une perte osseuse entraînant une fragilité des os, cette pathologie reste souvent silencieuse jusqu'à la survenue d'une fracture (poignet, extrémité supérieure du fémur) ou d'un tassement vertébral. L'ostéoporose représente un problème majeur de santé avec des coûts médicaux et sociaux importants et une diminution de la qualité de vie des personnes victimes de fractures.

Quelle est donc la cause de cette perte osseuse ? L'os est un tissu dynamique, en perpétuel remaniement tout au long de la vie : résorption et formation, le deux aspects du remodelage osseux, s'équilibrent sous la dépendance de facteurs hormonaux. Ainsi, après 50 ans, la carence oestrogénique qui apparaît chez la femme déséquilibre la balance osseuse en faveur de la résorption. Au fil du temps, la fragilité osseuse devient le facteur de risque déterminant des fractures ostéoporotiques.

Comment lutter contre cette perte osseuse et ses conséquences ? Pendant l'enfance et l'adolescence, peut-on agir sur l'acquisition du "capital" osseux par un apport supplémentaire en calcium, alors que ce capital est fortement déterminé génétiquement? Le traitement hormonal substitutif administré en prévention de l'ostéoporose peut-il être pris sur une longue période, sans risque'? Quelles sont les méthodes actuellement disponibles pour diagnostiquer l'ostéoporose ? Pour quelle(s) population(s) peut-on envisager un dépistage? En cas d'ostéoporose diagnostiquée, quels sont les différents traitements (traitement hormonal substitutif, bisphosphonates, calcitonine...) ? Pour les personnes les plus âgées, quelle est la place des carences nutritives et des facteurs de risque de chutes dans la survenue de fractures ?

Un groupe pluridisciplinaire d'experts, réunis par l'INSERM à la demande du ministère en charge de la Santé - Direction Générale de la Santé, a analysé et synthétisé les données de la littérature concernant les aspects biologiques, cliniques et épidémiologiques de cette affection. Il propose des actions de prévention pour chacune de périodes de la vie des femmes. Les femmes de 60-75 ans, qui n'ont bénéficié d'aucun traitement préventif jusqu'à maintenant, devraient plus particulièrement faire l'objet d'un programme spécifique de prise en charge afin de réduire l'incidence de l'ostéoporose et de ses conséquences fracturaires.

Dans cette expertise

Groupe d'experts et auteurs

Groupe d'experts et auteurs
  • Pr Christian ALEXANDRE, chef du service de rhumatologie, Hôpital de Bellevue, Saint-Étienne
  • Dr Claude BAUDOIN, épidémiologiste, INSERM U21, Villejuif
  • Dr Gérard BRÉART, épidémiologiste, directeur de l'unité de recherches épidémiologiques sur la santé des femmes et des enfants, INSERM U 149, Paris, Président du groupe
  • Pr Thierry CONSTANS, service de médecine interne et de gériatrie, Hôpital de l'Ermitage, CHU de Tours
  • Dr Catherine CORMIER, service de rhumatologie, Hôpital Cochin, Paris
  • Pr Pierre DELMAS, chef de service adjoint de rhumatologie et pathologie osseuse, directeur de l'unité INSERM U403, Hôpital Edouard Herriot, Lyon
  • Dr Marie-Eve JOËL, économiste, Laboratoire d'Economie et de Gestion des Organisations de Santé, Université de Paris IX, Paris
  • Dr Catherine LE GALES, économiste, INSERM U357, Hôpital de Bicêtre, Paris
  • Pr Patrice LOPES, chef du service de gynécologie-obstétrique, CHU de l'Hôtel-Dieu, Nantes
  • Dr Jean-François SAVOURET, endocrinologie, INSERM U 135, Hôpital de Bicêtre, Paris
  • Dr Monique THOMASSET, responsable de l'équipe «Vitamine D, gènes des calbindines-D» INSERM U 120, Hôpital Robert-Debré, Paris
  • Pr Bruno VELLAS, service de médecine interne et gérontologie, CHU Purpan-Casselardit, Toulouse
  • Pr Marie-Christine de VERNEJOUL, biologie cellulaire et moléculaire de l'os et du cartilage, directeur de l'unité INSERM U349, Hôpital Lariboisière, Paris
A été auditionnée
  • Dr Patricia DARGENT-MOLINA, épidémiologiste, INSERM U 149, Paris
Est remercié pour ses suggestions
  • Pr Pierre-Jean MEUNIER, chef du service de pathologie osseuse, Hôpital Edouard-Herriot, Lyon
A assuré, au nom de la Direction générale de la santé, le suivi de cette expertise:
  • Dr Danièle MISCHLICH, médecin de santé publique, Ministère du Travail et des Affaires Sociales
Coordination scientifique et éditoriale
  • Jeanne ETIEMBLE, directeur du Centre d'Expertise Collective, INSERM SC14
  • Dominique VUILLAUME, responsable du service du partenariat social au DPES
  • Emmanuelle CHOLLET et Marie-Christine CLUGNET, attachés scientifiques
Assistance bibliographique et éditoriale
  • Myriam CACHELOU, documentaliste, Centre de documentation INSERM
  • Philippe GUILLIAUMET, directeur du service commun 2 de l'INSERM
  • Marie-Laure HAMON, chargé de mission au service du partenariat social
  • Claudine GEYNET et Michèle DODEUR, Editions INSERM (DIC)
  • Avec l'assistance technique de Florence LESECQ